Les dangers de la moto

Les dangers de la moto

Ah la bécane… sa vitesse, sa puissance, son aérodynamisme, sa classe… Tout est attirant dans cet engin. Une conduite tellement libre, on a l’impression de voler parfois, au guidon de ces véhicules. Et rien ne vaut la sensation d’une pointe de vitesse entre des voitures sur le périphérique. Le motard aime ces pointes de vitesse, et c’est pourquoi le motard aime la campagne. Car les routes de campagnes désertes laissent place à plus de liberté, plus de possibilités de faire rugir le moteur de son bolide à deux roues. Mais la moto, au delà d’être grisante, est aussi dangereuse. Et cette fois ci, elle est dangereuse pour son conducteur plus que pour autre chose. Quels sont les réels dangers à moto ?

Afin de survivre, et de ne pas avoir d’accidents, il y a des règles d’or à respecter en moto. Une bonne information est la première. Par exemple, il ne faut jamais relâcher sa vigilance. La plupart des accidents mortels ont lieu sur des routes de campagnes, en plein jour et par beau temps. En effet, en ville, sous la pluie, ou sur le périph, les motards savent à quels dangers ils sont exposés. Des portières qui s’ouvrent, des chaussées glissantes, de changements de file impromptus, les aficionados des deux roues sont préparés. Mais en campagne, on ne peut pas se préparer à un chevreuil traversant la voie, à une voiture fonçant à toute vitesse en sens invers, à une ornière ou un nid de poule, ou même à des chaussées tellement détruites qu’on ne remarque plus les irrégularités et on se retrouve pris au piège dans ces traquenard.

Les dangers en moto sont grands, et les chiffres affolants. Un motard à 23 fois plus de chance de mourir dans un accident qu’un automobiliste. Cela va sans dire que le danger est beaucoup plus grand pour les motards. Mais ces derniers se plaignent surtout de la mauvaise qualité des infrastructures routières. Par exemple, mes glissières de sécurité causent 31 morts chaque année. Ces glissières non protégées, et souvent très fines donc aiguisées sont fatales pour tout motard qui tomberait dessus. Les doubler réduirait considérablement le nombre d’accident mortels.

De plus, sachez que plus d’un tiers des accidents mortels se fait sans l’intervention d’un tiers. Le plus grand danger, en moto, c’est vous.

Amis motards, faites donc attention sur la route. Car en 2016, c’est 614 familles endeuillées à cause de cette passion. La moto n’offre pas la même qu’une automobile, mais elle offre la même puissance. Le potentiel destructeur est donc immense pour ces véhicules.

En ville, comme à la campagne veillez à être entièrement protégés, car une chute à trente kilomètre heure sur le bitume de nos routes cause de sérieux dégâts. 66% des accidents ont lieu en milieu urbain, et ils ne sont peut être pas mortels, mais ils peuvent être pire. En effet, le taux d’accident causant une perte de jambe bras, ou tout simplement de l’usage de son corps est beaucoup plus élevé chez les motards que le reste des conducteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *